Je ne m’aime p.a.s

Ouf.

Je sens que ce billet sera difficile à écrire sur tous les points. Difficile émotionnellement, mentalement et au sens figuré.

Aujourd’hui c’est une journée de m.a.r.d.e.

Ben oui, il y en a des comme ça…

Je suis prête à me prendre dans la gueule la première pierre… Je vous entend déjà me dire: « mais tu nous dis de nous aimez, d’osez, de surmonter nos peurs, nos démons, etc » Yup. Je sais. Je suis siiii bonne pour parler aux autres, pour pousser les gens, pour remonter le moral… Mais lorsqu’il s’agit de moi… C’est une autre histoire.

(Ok. Je vais essayer de ne pas mettre trop de …. )

D’aussi loin que je me souvienne, sûrement autour de 7 ans, j’étais TRÈS consciente de mon corps. Je le scrutais déjà à la loupe. Je me revois entrain de regarder mon ventre à TOUS les jours… C’est beaucoup trop jeune pour avoir ce fardeau sur la conscience. Ce regard excessif a continué et s’est transformé en un démon incontrôlable. Jusqu’au jour où ma psychologue (j’en ai consulté une pis une autre) m’a dit: « Tu souffres d’Hyperphagie boulimique« .

BANG. Dans la g.u.e.u.l.e.

J’avais environ 14 ans, j’avais un surplus de poids, je me « tapais » les seins, je mettais des chandails trop grands, je regardais constamment par terre… Je n’existais plus et je ne voulais plus exister. La nourriture était la seule sphère de ma vie qui me rendait heureuse, qui me consolait, qui était là pour moi. Je sais que ça fait vraiment trop bizarre de lire ça et même de l’écrire, mais je suis franche. Mais au moins, je pouvais maintenant comprendre ma maladie. J’ai donc pu lui faire face et commencer à l’apprivoiser, tranquillement, très tranquillement.

J’ai maintenant 41 ans et je vis toujours avec cette maladie. Je la contrôle, mais maudit que c’est difficile. J’ai souvent des rechutes. Mon chum connait cette partie de moi et m’aide énormément à relativiser quand je commence mon contrôle de marde. Parce que oui, être boulimique c’est de bouffer en malade, mais il y a l’envers du décor aussi, qui consiste à TOUT vérifier et compter les calories après les crises.

Je suis présentement dans une mauvaise place. Je me sens pouet pouet ces temps-ci. Je ne m’aime p.a.s. Je me sens pas bien dans mon corps, je me trouve laide, molle, vieille. Je compte mes calories. Je me sens coupable de manger des carbs, boire de l’alcool. J’ai des pensées constantes qui surviennent sur la nourriture. Parce que oui, ça aussi ça vient avec cette maudite maladie de marde. La bouffe est CONSTAMMENT dans ma tête. Tout ce que je mets dans ma bouche est analysé et si jamais mon scanneur intérieur n’est pas content de mon choix, la culpabilité embarque et se fait un FUN NOIR de me le faire payer.

Depuis des jours, je suis bien en mou. Mes pensées sont le sport et la nourriture. Tout le temps.

Je suis épuisée.

(Je ferai référence à cette maladie de marde en utilisant le ELLE.)

Oui, c’est vraiment épuisant vivre avec ELLE. C’est épuisant d’essayer de travailler avec ELLE. C’est épuisant de prendre soin de ma famille avec ELLE. C’est épuisant d’avoir du fun avec ELLE.

Certains se demanderont pourquoi je vous raconte tout ça? Car je trouve que l’hyperphagie boulimique n’est pas une maladie que l’on entend souvent parler. On parle d’anorexie et de boulimie, mais presque jamais des dérivés.

Alors pourquoi ce titre?

Parce que je ne me « perçois » pas comme les autres me voient. Je me vois qu’avec mes yeux négatifs. Je ne trouve rien de beau chez moi ou presque. J’aime les tattoos, mais c’est une façon également de diriger le regard ailleurs… (j’ai encore fait les trois points). Je me pèse malheureusement presqu’à tous les jours. Je me change environ 3 fois avant de me sentir cute dans qqchose. Je suis constamment entrain de vérifier si les gens me regardent. Je regarde par terre lorsque je marche. Je soupçonne tout le monde de passer des commentaires sur moi dans des endroits publics. Bref, vous voyez le portrait. Mais tout ça se passe en silence. Tout ça ne parait (presque) pas. Je vous dirais qu’à date, il y a pas mal seulement mon chum qui voit mon petit jeu quand ELLE commence à s’emparer de moi.

J’ai remarqué que beaucoup d’entre nous, hommes et femmes, avons un regard sur notre corps qui est, oh mon doudou, DISTORSIONNÉ. Et avec la venue des réseaux sociaux, disons qu’ELLE se fait tout un fun. Avant, j’avais les revues, les vidéoclips, les stars. Maintenant, tout est sujet à me rappeler qu’ELLE est là et qu’ELLE n’attend qu’une faille afin de se faufiler.

J’ai donc décidé de faire un gros fuck you à cette démone et défier ce qu’ELLE souhaiterait le plus, que je me laisse contrôler. Je travaille donc derrière ma caméra avec vous, afin de vous permettre d’être vous-mêmes et de vous laisser aller complètement devant mon objectif. Je veux vous redonner le contrôle de votre vie, de la vision que vous avez de votre corps.

J’adore travailler avec des femmes et des hommes qui ont une image brouillée, un désir de briser la roue, de voir le sourire apparaître et parfois même une larme. Chaque fois, c’est un peu de poison à que je donne à cette folle qui habite en moi. Je crois bien qu’un jour ELLE en aura tellement marre, qu’elle disparaitra.. ou pas.

Je continues à consulter. J’ai appris que j’ai de meilleurs jours et que lorsque je suis dans le brouillard, bien, je fais avec. Demain sera un jour meilleur.

Mais tout ça, je ne serais pas capable si vous n’étiez pas là. Vous m’aidez à me sentir moins seule, plusieurs me font part de leurs propres démons. Je vois énormément de femmes chaque année qui ont en elles la soeur ou la cousine de la mienne. À plusieurs, nous pouvons accomplir beaucoup plus qu’on ne le pense.

J’ai fait moi-même un boudoir afin de sortir de ma zone de confiance. C’était gênant, stressant et angoissant. Mais par la suite, je me suis dit que je serais prête à en faire un autre afin de voir le chemin parcouru. À suivre…

I CHOOSE ME. 

LA BEAUTÉ COMMENCE AU MOMENT OÙ VOUS DÉCIDEZ D’ÊTRE VOUS-MÊME.

BE BOLD. BE BRAVE. BE YOU. 

Mais surtout, EXISTEZ DANS VOS PHOTOS.

Amélie xx

 

2 avis sur « Je ne m’aime p.a.s »

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s